« Par la mort bœuf, je meurs de male peur. »
Livre V, chapitre XXXVI
Dessin de Gustave Doré, gravure sur bois de Paul Jonnard.
Fumé d'une gravure sur bois, 24,8 x 20 cm.
Épreuve d'essai d'une planche hors texte destinée à illustrer les Œuvres de François Rabelais illustrées par Gustave Doré.
Garnier (Paris), 1873, tome 2, p. 294-295.
BnF, département des Estampes et de la Photographie, DC-298 (J, 6)-FOL
© Bibliothèque nationale de France
« Descendans ces degrés numereux sous terre, nous furent bien besoin premièrement nos jambes, car sans icelles ne descendions qu'en roullant comme tonneaux en cale : secondement nostre preclare lanterne, car en ceste descente ne nous apparoissoit autre lumière non plus que si nous fussions au trou de sainct Patrice en Hibernie, ou en la fosse de Trophonius en Béotie. Descendus environ septante & huit degrés, s'escria Panurge, addressant sa parole à nostre luysante lanterne : « Dame mirifique, je vous prie de cœur contrit, retournons arrière. Par la mort bœuf, je meurs de male peur. Je consens jamais ne me marier. Vous avez prins de peine & fatigues beaucoup pour moy ; Dieu vous le rendra en son grand rendouer ; je n'en seray ingrat issant hors ceste caverne de Troglodytes. Retournons de grace. Je doute fort que soit icy Tenare, par lequel on descend en enfer, & me semble que j'oy Cerberus abbayant. »
 
 

> partager
 
 

> l'image sur Gallica : page1, page2
 
 
 

 
> copier l'aperçu