En prison (la promenade des détenus)
[Newgate – Exercise yard]
Dessin de Gustave Doré, gravure sur bois d'Héliodore Pisan.
Planche hors texte publiée dans London, a Pilgrimage, by Gustave Doré, and Blanchard Jerrold, édition originale anglaise, Grant (London), 1872, p. 136.
Adaptation française, Londres, texte de Louis Énault, Louis Hachette (Paris), 1876.
BnF, Réserve des livres rares, Smith Lesouëf S-2767
© Bibliothèque nationale de France
« Londres a aujourd'hui pour ses criminels des prisons autrement sérieuses que sa tour délabrée.
Il y a d'abord Newgate, qui est la prison centrale de la ville et du comté, où l'on amène à chaque instant les malfaiteurs arrêtés par la police vigilante. – C'est là que l'on trouve la lie la plus impure de la population – toutes les hontes, toutes les misères, toutes les scélératesses qui fermentent dans les bas-fonds d'une immense agglomération d'hommes. Newgate (ce mot veut dire la porte neuve) tire son nom d'une grande porte, flanquée d'un certain nombre de donjons, qui, dès l'année 1218, servaient de prison à Londres. Il eut été difficile de rien imaginer de plus affreux. Le sombre génie anglais semble parfois se complaire dans l'horreur des supplices, des cachots et de la mort. » (Énault, p. 293)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu