Vente du poisson à la criée
[Billingsgate – Early morning]
Dessin de Gustave Doré, gravure sur bois d'Albert Doms.
Planche hors texte publiée dans London, a Pilgrimage, by Gustave Doré, and Blanchard Jerrold, édition originale anglaise, Grant (London), 1872, p. 150.
Adaptation française, Londres, texte de Louis Énault, Louis Hachette (Paris), 1876.
BnF, Réserve des livres rares, Smith Lesouëf S-2767
© Bibliothèque nationale de France
« C'est dans le quartier de Billing's-Gate que se centralisent les grandes opérations dont le poisson est l'objet : c'est là qu'ont lieu les principaux arrivages, et que se fait la vente en gros. Mais il y a dans les divers quartiers de la ville, particulièrement dans la Cité, des revendeurs qui font pour des millions d'affaires. C'est un spectacle à réjouir l'œil d'un peintre de nature morte, que ces beaux étalages de poissons de toute forme, de toute couleur, ruisselants de fraîcheur, étincelants sous leurs cuirasses d'écailles, avec des reflets de nacre et d'argent, d'or et de pierreries, que se disputent les gourmands émérites, les chefs des grandes maisons, et même les simples cuisinières de la riche bourgeoisie qui se plait à bien vivre. Un gros poisson, un morceau de bœuf, un plat de pommes de terre, voilà le dîner habituel de beaucoup de familles opulentes mais restées simples dans leurs façons, modestes dans leurs habitudes, et qui se contentent d'une confortabilité sans embarras. » (Énault, p. 414)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu