Le Taureau de Crète et le Cerbère
Lithographie à la plume de Gustave Doré.
Planche de six sujets, 34,5 x 24,5 cm
Tiré à part avec la lettre des planches n°37 et 38 publiées dans Les travaux d'Hercule par Gustave Doré
Aubert & Cie (Paris), 1847.
BnF, département des Estampes et de la Photographie, DC-298 (V, 1)-PET FOL
© Bibliothèque nationale de France
« Hercule n'eut plus à faire qu'à du gros bétail. Il dompta encore un taureau furieux, que la colère de Neptune lui avait suscité. Un beau jour, le bruit courut qu'Hercule s'était embarqué pour le continent. C'était pour chercher querelle à la race lilliputienne appelée Pygméa. Eurysthée propose à Hercule comme couronnement de ses travaux d'aller aux enfers délivrer Thésée qui s'y est imprudemment engagé. C'est bien là envoyer son frère au diable. À cet effet, Eurysthée parvient à endormir le vigilant Cerbère, et à corrompre l'incorruptible mais rapace Caron. Hercule, qui au retour de ses travaux n'a jamais le sou, pose chez un artiste pour un Hercule terrassant le loin de Némée. »
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu