« Sancho tourna la bride et se tint pour satisfait. »
Tome I, chapitre XXV
Dessin de Gustave Doré, gravure sur bois d'Héliodore Pisan.
Planche hors texte publiée dans L'ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche de Miguel de Cervantes Saavedra avec les dessins de Gustave Doré.
Traduction de Louis Viardot, Hachette (Paris), 1863. Tome I, p. 192.
BnF, Réserve des livres rares, Smith Lesouëf R-6275
© Bibliothèque nationale de France
« Mais Sancho n'avait pas encore fait cent pas qu'il revint, et dit à son maître :
"Je dis, seigneur, que Votre Grâce avait raison ; pour que je puisse jurer en repos de conscience que je lui ai vu faire des folies, il sera bon que j'en voie pour le moins une, bien que, Dieu merci, j'en aie vu une assez grosse dans votre envie de rester là.
– Ne te l'avais-je pas dit ? s'écria don Quichotte. Attends, Sancho ; en moins d'un credo, ce sera fait."
Aussitôt, tirant ses chausses en toute hâte, il resta nu en pan de chemise ; puis, sans aucune façon, il se donna du talon dans le derrière, fit deux cabrioles en l'air et deux culbutes, la tête en bas et les pieds en haut, découvrant de telles choses que, pour ne les pas voir davantage, Sancho tourna bride, et se tint pour satisfait de pouvoir jurer que son maitre demeurait fou. Maintenant nous le laisserons suivre son chemin jusqu'au retour, qui ne fut pas long. »
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu