Caricature de Gustave Doré en buste, de trois quart, à gauche
Dessin de Nadar.
Dessin au fusain rehaussé de gouache, sur papier brun, 23,1 x 15 cm, vers 1850.
BnF, département des Estampes et de la Photographie, Réserve NA-88-BOITE FOL
© Bibliothèque nationale de France
« Je le regardais assis à cette place, et je me disais que personne n'avait été esclave d'une vocation autant que lui. Jamais de mauvaise humeur, jamais indisposé. Il fit des miracles, c'est le mot, au début de son séjour à Paris. Après le dîner, il retournait à ses planches ; et à la lumière de sa lampe, il dessinait souvent jusqu'au jour. »
M. Kratz, à propos de Gustave Doré, cité dans La vie et les œuvres de Gustave Doré, d'après les souvenirs de sa famille, de ses amis et de l'auteur de Blanche Roosevelt, 1887, p. 164.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu