« Comme deux cygnes voyageurs, nous traversions ces ondes solitaires. »
Dessin de Gustave Doré, gravure sur bois d'Héliodore Pisan.
Planche hors texte publiée dans Atala par le Viconte de Chateaubriand ; Avec les dessins de Gustave Doré.
Louis Hachette (Paris), 1863, p. VI.
BnF, Réserve des livres rares, Smith Lesouëf R-6280
© Bibliothèque nationale de France
« Quand nous rencontrions un fleuve, nous le passions sur un radeau ou à la nage. Atala appuyait une de ses mains sur mon épaule ; et, comme deux cygnes voyageurs, nous traversions ces ondes solitaires.
Souvent, dans les grandes chaleurs du jour, nous cherchions un abri sous les mousses des cèdres. Presque tous les arbres de la Floride, en particulier le cèdre et le chêne vert, sont couverts d'une mousse blanche qui descend de leurs rameaux jusqu'à terre. Quand, la nuit, au clair de la lune, vous apercevez, sur la nudité d'une savane, une yeuse isolée revêtue de cette draperie, vous croiriez voir un fantôme, traînant après lui ses longs voiles. »
Atala, p. 26
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu