Le Lion
Dessin et eau-forte de Gustave Doré pour illustrer un poème de Léon Cladel.
Planche hors texte publiée dans Sonnets et eaux-fortes, sous la direction de Philippe Burty
A. Lemerre (Paris), 1869.
BnF, Réserve des livres rares, RES G-YE-236
© Bibliothèque nationale de France
« C'était un familier des gorges du Dahran :
Les échos éclataient à sa voix de tonnerre,
Et les aigles, groupés à la bouche d'une aire,
N'osaient pas regarder sa robe de safran.

Les graves chameliers qui chantent le Koran,
Le voyant accroupi sous la clarté lunaire,
Disaient : « C'est le lion auguste & débonnaire
Toujours doux à l'esclave & féroce au tyran ! »

Et les petits oiseaux le frôlaient de leurs ailes,
Lorsqu'il rêvait, austère, au milieu des gazelles,
Méditant on ne sait quelles rébellions.

Mais quand il rugissait, gonflant son encolure
Et ruant dans les vents sa grande chevelure,
Tout tremblait : l'aigle & l'air, la terre & les lions. »
Léon Cladel
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu