À nouveau, le sacrifice du fils n'a pas lieu
Qesas-e Qor'ân ou Qesas al-anbiyâ (Histoires du Coran ou Histoire des prophètes et des rois du passé)
[Qazvin] Iran, vers 1595
Papier, 192 f., 29,5 x 20,5 cm
BNF, Manuscrits orientaux, supplément persan 1313, f. 40
Abraham (Ibrâhîm), "l'ami de Dieu", occupe une place importante dans le Coran en tant que prédicateur du monothéisme. L'épisode du sacrifice du fils reprend la tradition biblique mais ne mentionne pas le nom d'Isaac. Sujet de longs débats parmi les commentateurs, l'opinion prévalut qu'il s'agissait d'Ismaël, fils d'Agar, à qui la tradition islamique attribue la fondation du sanctuaire de la Ka'ba avec son père.
Cette peinture appartient à un manuscrit des Histoires des prophètes réalisé certainement à la cour royale safavide de Qazvin pour un personnage de haut rang ; en témoigne la richesse des miniatures dues à plusieurs artistes. L'intensité dramatique de l'œuvre, qui pourrait être de la main du célèbre peintre Rezâ 'Abbâsi, est renforcée par sa construction : l'espace entre le ciel et la terre est réparti selon une première diagonale ; une seconde la croise reliant la tête d'Abraham à l'ange. À leur intersection, se trouve le visage tourmenté du prophète, à la jonction des mondes terrestre et divin, les flammes de son nimbe reprenant le mouvement des ailes de Gabriel tandis que le regard du fils semble impassible, déjà tourné vers l'ailleurs. Contrairement aux conventions, Abraham porte le couteau à sa propre épaule comme s'il voulait le tourner contre lui-même.
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander