Comme au premier jour...
Rouleau de Torah
Saint-Pétersbourg, 1828
Parchemin, 13,85 x 0,15 m
BNF, Manuscrits orientaux, hébreu 1426
Le rouleau fut le support des livres dans toute l'Antiquité ; les plus anciens connus en hébreu sont ceux de la mer Morte dont peu sont complets ; la plupart datent du début de l'ère chrétienne. Destinés à divers usages – liturgie, étude –, ils sont composés de pièces de parchemin cousues s'enroulant autour d'un ou deux axes et l'écriture en hébreu carré est disposée en colonnes parallèles au grand côté. Après l'adoption du codex, on continua à copier sur rouleau de parchemin à des fins liturgiques le Pentateuque et le Livre d'Esther. Contrairement au codex de parchemin, livre d'étude, au texte accompagné de notes et de la vocalisation, parfois enluminé, signé et daté, le rouleau liturgique, dont la composition est soumise à des règles strictes, ne comporte ni système de notation ni illustration afin d'offrir le texte biblique dans sa pureté originelle tel qu'il pouvait être au moment de la Révélation – bien que l'on ne possède aucun témoin de ce moment-là.
Cette Torah miniature pouvait être emportée en voyage ; elle a conservé sa main de lecture. Elle est ouverte sur le chant de victoire : "Je chante pour Yahwé [...]." (Exode, XV, 1-18.)
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander