Moïse Cordovero (1522-1570)
Une mystique des lettres : Pardès rimonim
Cracovie, 1632
In-fol., 210 p.
BNF, Philosophie, Histoire, Sciences de l'homme, A 738, p. 34
La Kabbale, courant ésotérique du judaïsme né en Castille au XIIe siècle, s'est propagée ensuite en Europe et en Palestine ; son texte fondateur est le Zohar. Moïse Cordovero, né en 1522 à Safed, descendant d'une famille juive chassée d'Espagne en 1492, fut initié à la Kabbale par Salomon Alkabetz et fut l'élève de Joseph Caro ; il est l'auteur de ce traité, Pardès rimonim (Verger aux grenades), aux deux termes emblématiques – le verger, pardès en hébreu, lieu "paradisiaque" où les mystères du divin sont dévoilés aux initiés, et la grenade, symbole de la récompense cachée, liée à l'accomplissement des préceptes divins car elle recèle sous son écorce grossière une multitude de grains pulpeux et savoureux. Selon la Kabbale, l'alphabet hébreu permet de représenter la forme visible du divin. Cordovero expose, au début de ce chapitre intitulé "Portique de l'ordre de la disposition des séfirot" – ces dix "sphères" qui relient infini et matière –, sa théorie sur leur représentation kabbalistique à travers la modification de la lettre aleph.