Sous le signe de l'errance
Bible en espagnol, dite Bible de Ferrare
Biblia en lengua española traduzida palabra por palabra de la verdad hebrayca por muy excelentes letrados vista y examinada por el officio dela Inquisicion (Biblia... traduzida... con yndustria y deligencia de Abraham Usque Portugues estampada en Ferrara a costa y despesa de Yom Tob Atias hijo de Levi Atias Español, en. 14. de Adar de 5313 [1553])
[8]-400-[1] f., in-fol.
Ferrare, 1553
BNF, Réserve des livres rares, Rés. A 374, frontispice
Publiée en Italie à Ferrare en 1553 et donc plus connue sous le nom de "Bible de Ferrare", cette version en espagnol possède de nombreuses caractéristiques des traductions bibliques littérales pratiquées pendant de nombreuses années chez les juifs de la péninsule Ibérique. On doit à Haïm Vidal Séphiha d'avoir dégagé les règles de cette littéralité : "À un mot hébreu correspond un mot espagnol et toujours le même, à moins que ne s'y opposent des considérations exégétiques." Cependant, par son caractère un peu moins littéral, la traduction de Ferrare a été conçue comme un outil d'apprentissage pour les deux langues, hébreu – langue d'origine – et espagnol – langue de traduction. Éditée en caractères latins, à la différence de l'édition du Pentateuque de 1547 publiée à Constantinople en caractères hébreux, elle était destinée aux descendants des juifs chassés d'Espagne qui avaient trouvé refuge en Italie après de pénibles péripéties ; le frontispice représente une nef au mât brisé, évocation des difficultés de leur errance à travers la Toscane, la Vénétie, l'Émilie et la Romagne.
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander