Germain Pilon (Paris, 1536 (?) - 1590)
La Prédication de saint Paul à Athènes
Pierre, 74 x 68 x 7 cm; provenant d'un élément du décor de la chaire à prêcher de l'église du couvent des Grands-Augustins à Paris
Musée du Louvre, département des Sculptures, MR 1739
Le christianisme naissant connaît, avec l'apôtre Paul (vers 5-67 après J.-C.), citoyen romain de religion juive converti au christianisme, un bouleversement radical. Jésus prêchait en araméen et sa prédication concernait en premier lieu les habitants des campagnes de Galilée. Paul, lui, prêche en grec et les innombrables missions qu'il effectue en Asie mineure auprès des communautés juives de la diaspora et auprès des Grecs, en Grèce et jusqu'à Rome, contribuent à l'hellénisation du message chrétien et à sa diffusion dans les cités de l'empire.
Avec une force dramatique et une exagération des postures qui ne sont pas sans évoquer l'art du Greco, l'épisode représenté sur ce bas-relief de Germain Pilon, illustrant autrefois la chaire de l'église des Grands-Augustins, évoque le discours que l'"apôtre des Gentils" adresse aux Athéniens devant l'Aréopage, après avoir essuyé à Thessalonique et à Bérée un accueil difficile auprès des juifs. Avec une réelle intelligence tactique il s'appuie dans sa plaidoirie, pour combattre le paganisme, sur la sagesse profane, celle des poètes et des philosophes : "Athéniens, à tous égards vous êtes, je le vois, les plus religieux de tous les hommes. Parcourant en effet votre ville et considérant vos monuments sacrés, j'ai trouvé jusqu'à un autel, avec l'inscription : Au dieu inconnu. Eh bien ! Ce que vous adorez sans le connaître, je viens, moi, vous l'annoncer." (Actes des apôtres, XVII, 22-23.)