Les Évangiles : un mémorial à quatre voix
Tables de concordance des quatre Évangiles d'Eusèbe de Césarée
Constantinople, Xe siècle. Provenance : monastère de la Grande-Lava au mont Athos
Parchemin, 511 f., 29,3 x 20,6 cm
BNF, Manuscrits, Coislin 20
Placées en tête de la plupart des manuscrits grecs des Évangiles, les Tables d'Eusèbe établissent en dix tableaux ou canons une concordance de l'ensemble des passages des quatre Évangiles. Le premier tableau liste ainsi les passages communs aux quatre Évangiles, les tableaux 2 à 4, les passages communs à trois Évangiles, les tableaux 5 à 9, les passages communs à deux évangiles seulement, et le dernier enfin les passages de chaque évangile qui n'ont pas de parallèles dans les autres. Dans sa "Lettre à Carpien" qui précède le plus souvent les canons et fait office de véritable préface au texte des quatre Évangiles, Eusèbe, évêque de Césarée (313-340), explique qu'avant lui Ammonius d'Alexandrie avait déjà établi une édition du texte en plaçant à côté de l'Évangile de Matthieu les passages des trois autres évangiles qui avaient une "teneur semblable" : cette édition synoptique avait toutefois l'inconvénient de briser la continuité du texte des trois derniers évangiles. Pur produit de la renaissance byzantine des IXe et Xe siècles, ce manuscrit est conforme à la présentation des Canons d'Eusèbe, telle qu'elle est attestée dès le VIe siècle. Le décor somptueux attire d'emblée l'attention sur les tableaux de concordance et contribue ainsi à souligner l'unité fondamentale du texte évangélique.
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander