Un exemple de syncrétisme : héros bibliques et dieux païens
Évrard de Conty
Livre des échecs amoureux
Hainaut, entre 1490 et 1495
Parchemin, 440 f., 44 x 32,5 cm
BNF, Manuscrits, français 9197, f. 140 v
Bon nombre des penseurs chrétiens du Moyen Âge ont vu dans la religion païenne de l'Antiquité une préfiguration du christianisme non encore révélé ; ils ont commenté en ce sens les figures des dieux qu'un certain Pierre Bersuire avait établies en préface de son commentaire latin aux Métamorphoses d'Ovide. Évrard de Conty les a naturellement insérées dans son Livre des échecs amoureux. L'illustration en fait un véritable art de mémoire, car en visualisant l'image, le lecteur mémorisait son commentaire moral ou spirituel ; ainsi en est-il par exemple de Diane, déesse de la chasse : "Diane était représentée par les Anciens sous l'apparence d'une dame qui tenait à la main un arc et une flèche et qui poursuivait des cerfs peureux et cornus... Elle représente la virginité qui commande de fuir l'oisiveté et de s'éloigner des vanités du monde ; l'arc et la flèche destinés à transpercer les bêtes sauvages signifient les activités raisonnables et honnêtes auxquelles la virginité consacre son temps pour fuir l'oisiveté." Ce somptueux manuscrit fut réalisé à la fin du XVe siècle pour Antoine Rolin, grand bailli et capitaine général du Hainaut.
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander