Quand la langue du Coran sert à noter la Bible
Recueil de fragments bibliques en arabe : Épîtres de Paul
Proche-Orient, IXe-Xe siècle
Parchemin, 35 f., 15,5 x 11,5 cm
BNF, Manuscrits orientaux, arabe 6725, f. 25 v-26
Les communautés juives et chrétiennes qui vivaient dans la péninsule Arabique avant l'Islam utilisaient des parlers arabes dans leur vie quotidienne et pour de rares inscriptions dédicatoires, mais il n'existe pas d'indice permettant de dire s'il a existé avant le IXe siècle une traduction de la Bible en arabe ; celle d'Hunayn ibn Ishaq (808-873) mentionnée vers 956 par l'historien arabe Ma'sudî n'a pas laissé de trace, la plus ancienne version connue étant celle de Saadia Gaon pour l'Ancien Testament
Datables des IXe-Xe siècles, des fragments des évangiles en langue arabe ont été conservés, comme ce recueil, provenant de six manuscrits différents, qui réunit des passages du récit de la dormition de la Vierge attribué à saint Jean, des Actes des Apôtres et des Épîtres de Paul, ici l'Épître aux Romains (I, 1-VI, 19), précédée d'un extrait de Jean Chrysostome sur la lecture des Livres saints.