Un idéal calligraphique sous les Mamelouks
Coran, juz' XXIII, (XXXVI, 28 à XXXIX, 31)
Égypte, vers 1382 et 1399
Papier, 44 f., 36,4 x 25,7 cm
BNF, Manuscrits orientaux, arabe 5841, f. 26 v-27
Durant des siècles dans le monde islamique, le livre fut uniquement manuscrit. La calligraphie, composante fondamentale de l'art, s'épanouit tout particulièrement dans les corans. On attribue au vizir abbasside Ibn Muqla (mort en 940) puis à Ibn al-Bawwâb et Yaqût al-Musta'simî la théorisation des règles de l'écriture et la création de six styles canoniques.
L'un d'eux, le muhaqqaq, a été utilisé pour copier ce coran caractéristique de l'Égypte mamelouke. Cette écriture constitua un idéal calligraphique pendant plus de quatre siècles en Égypte et en Syrie mais aussi en Irak et en Iran. Le format permet aux lettres de large module et aux proportions harmonieuses de se déployer sur cinq lignes. Dans un bandeau à fond rouge et or, le titre de la sourate Sâd ainsi que le nombre de ses versets s'inscrit en blanc dans un style plus souple, le thuluth.
Le Coran est ici découpé en trente sections liturgiques appelées juz' pour une lecture en un mois, chaque jour correspondant à un volume dont l'ensemble pouvait être rassemblé dans un coffret.
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander