Une traduction polémique en latin
Pierre le Vénérable (1092-1156)
Coran
Parchemin, 35 x 25 cm
Collection Toledana vers 1141-1143
BNF, Arsenal, Mss 1162, f. 11
C'est dans un contexte polémique que, sur l'impulsion de Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, fut entreprise en latin la première traduction du Coran en Occident. À une époque où il était interdit de vendre le Coran aux non-musulmans, elle répondait à la nécessité de connaître la doctrine pour mieux la réfuter et tenter de convertir ses adeptes. Lors d'un voyage en Espagne en 1141, l'abbé recruta deux lettrés, l'Anglais Robert de Ketton et le Dalmate Hermann, auquel il adjoignit un musulman nommé Muhammad. La traduction qu'ils réalisèrent s'insère dans un ensemble d'écrits de propagande chrétienne sur l'islam, Corpus toletanum ; elle comprend aussi des commentaires explicitant des passages obscurs. Elle joua un rôle important dans la connaissance de l'islam en Europe et fut imprimée pour la première fois par Bibliander en 1543 à Bâle. Au début de la reconquête de l'Espagne par les chrétiens, un Mozarabe, Marc de Tolède, effectua en 1209-1210 une nouvelle traduction plus littérale et assez proche en cela de celles faites mot à mot en pays musulman.
Ce manuscrit serait l'autographe de la première traduction ; on y voit une caricature de Muhammad, désigné comme "le Pseudo-Prophète".
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander