Coran
Le verset du Trône micrographié
Turquie, XVIIe siècle
Papier, rouleau de 368 x 6,1 cm
BNF, Manuscrits orientaux, arabe 571
Toute la beauté de ce coran réside dans l'art avec lequel le calligraphe a joué sur les modules d'écriture. Le verset du Trône (Coran, II, 255), extrait de la sourate de la Génisse et réputé pour son caractère protecteur, est copié, dans un style proche du thuluth, dans de larges caractères entièrement remplis par le texte coranique en minuscule graphie. Cette écriture microscopique appelée ghubâr, ce qui signifie "poussière", était à l'origine destinée aux messages de la poste qu'on glissait sous l'aile des pigeons ; elle fut surtout utilisée pour ses capacités décoratives.
Les rouleaux, peu courants pour copier le Coran et souvent à caractère talismanique, se portaient sur soi.
"Allah – nulle Divinité excepté Lui –, est le Vivant, le Subsistant. Ni somnolence ni sommeil ne Le prennent. À Lui ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre. Quel est celui qui intercédera auprès de Lui, sinon sur Sa permission ? Il sait ce qui est entre les mains des [Hommes] et derrière eux, alors qu'ils n'embrassent de Sa science, que ce qu'Il veut. Son Trône s'étend sur les cieux et la terre. Le conserver ne Le fit pas moins ployer. Il est l'Auguste, l'Immense."
(Coran, II, 255.)
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander