Les instruments du copiste
Calames orientaux et maghrébins en bambou.
Produits utilisés pour la fabrication de l'encre et le traitement du papier : gomme arabique, noix de galle, écorce de grenade, écorce de noyer, fenugrec.
Collection particulière
La copie de manuscrits et la calligraphie, art toujours vivant, nécessite plusieurs types d'instruments. On écrit avec un calame, fait à partir d'un roseau coupé en biseau dont la pointe doit être taillée régulièrement car elle s'use très vite. Chaque style d'écriture nécessite un calame approprié. Les encres fabriquées par le copiste sont confectionnées à partir de nombreuses recettes. Dans l'encrier, on place une bourre de soie qui s'imprègne d'encre et sur laquelle on imprègne la pointe du calame.
Les copistes employaient des calames différents en Orient et au Maghreb mais aussi selon le style d'écriture, des calames plus ou moins larges. Deux grands types d'encre coexistaient : les métallo-galliques, composées de sels métalliques et d'éléments tanins comme la noix de galle et les encres au carbone obtenues à partir de matière carbonisée.