Missel et livre d'heures franciscains
Saint Marc écrivant
Lombardie, 1380
BNF, Manuscrits, latin 757 f. 197v
L'existence du scriptorium c'est à dire d'un espace dédié à la copie où les moines disposaient leur matériel ne fait pas de doute. Il faisait, à l'époque carolingienne, partie intégrante de l'église : tout concourait à conférer un caractère sacré à la salle où les scribes assis près des fenêtres vaquaient à leurs occupations silencieuses. À partir du XIIIe siècle, textes et miniatures nous présentent souvent le scribe isolé dans le silence d'une cellule plus ou moins encombrée des instruments de son art.
Le copiste tient ici dans sa main gauche un stylet pour maintenir la feuille de parchemin et, dans sa main droite, une plume. Dans le pupitre, deux encriers l'un pour l'encre noire l'autre pour l'encre rouge.