Ahmedî, Iskandar-nâma (Roman d'Alexandre)
Mir'âdj du Prophète
Iran, Shîrâz, 1561
BNF, Manuscrits, suppl. turc 635 f. 228
Réel ou fictif, le voyage nocturne esquissé dans le Coran est développé par la tradition. Muhammad, réveillé par l'ange Gabriel, monte sur une jument ailée à tête de femme qui, à la vitesse de l'éclair, l'emmène à Jérusalem. Une échelle de lumière lui fait alors traverser les sept cieux où il rencontre les prophètes qui l'ont précédé. Arrivé au trône de Dieu, celui-ci, invisible, lui ordonne divers commandements pour les croyants. Avant de revenir à La Mecque, il traverse les enfers.
Au milieu d'anges aux couleurs chatoyantes porteurs de coupes de lumière, on voit, dans une auréole d'or qui désigne les prophètes, Muhammad monté sur sa jument ailée al-Burâq. Le visage voilé et les mains tendues, il semble interroger l'ange Gabriel qui le précède pour le guider.