arrêt sur...

Des échos mondains à la presse people

Par Daniel Salles

Le terme « presse people » est importé dans les années 1990 d’Angleterre où il désigne une presse populaire à sensation, à scandale, dite aussi « presse du cœur », et qui colporte des informations et des ragots sur la vie privée des célébrités.

L'apparition de la presse people

 

En France, dès la fin du XIXe siècle, plusieurs titres se font l’écho de la vie des personnes en vue. Ce sont là les prémices d’une presse qui, quoique décriée, connaît une audience record et des tirages exceptionnels.

Des échos mondains…

En France, dès les années 1880, le Gil Blas se spécialise dans les échos mondains et les histoires croustillantes des aristocrates et des grands bourgeois en vue. Son tirage ne s’élève cependant qu’à 30 000 exemplaires. La rubrique « Dans le Monde » du Figaro propose aussi des reportages sur la vie de la haute société parisienne : fêtes, clubs et réceptions, déplacements de la noblesse au sein de la capitale et dans toute la France, fiançailles et mariages.
Dans l’entre-deux guerres, Ciné-Miroir, Cinémonde, Pour vous mettent à la une les photos et les nouvelles des stars. Paris-Soir (qui lancera en 1935 Paris-Soir dimanche) ou l’Intransigeant, grands quotidiens populaires à forte diffusion, rapportent les histoires d’amour des acteurs célèbres ou font découvrir l’univers quotidien des grands de ce monde. À la fin des années 1920, le journal La Presse crée la rubrique « La Presse Potinière » dans laquelle on peut lire les bavardages et les bruits qui courent dans la capitale.
En 1945, Noir et Blanc évoque les histoires de cœur et les vies des princes et princesses et relaie les nouvelles des journaux populaires anglais. Ici-Paris et France-Dimanche puis Points de vue-Images du monde se développent à la même époque. Paris-Jour, quotidien « people », ne vivra que de 1959 à 1972. Dans les années soixante, avec le développement de l'audiovisuel, les histoires des chanteurs éclipsent celles des princesses dans Ici-Paris et France-Dimanche. Salut les copains connaît un succès foudroyant (533 769 exemplaires en 1962, plus de 1 million en 64, 65, 66, 67), car ce support écrit issu du succès d'une émission radio révèle parfaitement les aspirations de la jeunesse qui trouve dans les vedettes ses porte-parole, C'est l'amorce d'une presse du star system, à l’image de Age tendre et tête de bois, Hit ou Podium, presse au prix très bas qui fait la promotion des idoles grâce à l'argent de poche du public jeune et adolescent, marché potentiel attirant de plus en plus de convoitises.

… à la presse people

Ce que l'on appelait la « presse à sensation » ne commettait pourtant pas beaucoup de transgressions et les procès étaient rares. Mais les choses vont changer avec l’apparition de Voici (édité par le groupe Prisma Presse qui publiera aussi Gala) qui deviendra un « journal à paparazzi » dans les années 1990. Les photographies y jouent un rôle primordial car elles matérialisent la preuve de l’existence des vedettes.
Cette presse, désormais appelée presse people, connaîtra une forte croissance dans les années 1980 notamment grâce au succès de Voici, qui, sur le modèle de la presse anglaise, table sur les photos volées et les reportages agressifs. Voyant sa diffusion baisser, Voici adoucira par la suite sa ligne éditoriale, réagissant ainsi à une certaine lassitude du public, et à la rigueur des condamnations suite aux plaintes des vedettes pour atteinte à la vie privée ou au droit à l'image (170 procès en 1997). Un nouveau concept avec une multiplication de photos et des textes positifs apparaît en septembre 1998 avec Oh là !, version française d'un magazine espagnol auquel le groupe Prisma presse a opposé sans succès le magazine Allo qui a cessé de paraître au printemps 1999. Mais Oh là ! disparaît à son tour en 2005.

Un secteur de plus en plus concurrentiel

Depuis quelques années, la presse people se multiplie (22 titres au total en France dont Public, Closer, Oops !) et se diversifie. D’autant que la presse TV mais aussi la presse généraliste s’emparent aussi de ces sujets : « l’information people » est de plus en plus consommée par les lecteurs de la presse et occupe toujours davantage l’espace jadis réservé à l’actualité. Si la diffusion connaît une forte progression de 2002 à 2008, elle est en baisse depuis, concurrencée par de nouveaux magazines féminins et par le succès du web, notamment le site internet Purepeople.com et les réseaux sociaux. D’ailleurs Closer (« Cette semaine sur Twitter ») et Public (« Ça buzze sur le Net ») ont créé des rubriques qui résument les informations people des réseaux sociaux. Cependant l'année 2010 a vu l'éclosion de plusieurs nouveaux titres : pendant l'été, période la plus favorable, sont apparus Gossip (groupe 20 Ans, le 9 juillet), France People (groupe Medias People, le 3 août), Secret (groupe 20 Ans, le 13 août) et People Scoop (groupe 20 Ans, le 14 août) qui répondent à une approche commerciale « low cost ». La publicité compense la baisse : en dix ans, les investissements publicitaires bruts dans les magazines people ont presque triplé, de 50 à 142 millions d'euros par an.
 

Diffusion totale de la presse people en France (Source Diffusion Contrôle OJD)

haut de page