Tout change avec la Première Guerre mondiale. Conscient du poids de la photographie dans la restitution de l’information, le gouvernement prend de drastiques mesures de censure, proscrivant images de soldats morts et reportages sur les atrocités subies par les civils. Les combattants au front parleront de "bourrage de crâne".

page suivante
page précédente