Des « nouvellistes » dans un jardin écoutent la lecture d’une gazette
deuxième moitié du XVIIIe siècle.
gravure à l’eau-forte, 31 × 22,5 cm
BnF, Estampes et Photographie, Réserve QB-201 (112)-FOL
© Bibliothèque nationale de France
Le goût des nouvelles a rapidement favorisé les réunions publiques où l’on lisait et commentait les gazettes. Les amateurs d’information qui peuplaient ces assemblées, qualifiés péjorativement de « nouvellistes », avaient à Paris quelques lieux de rencontre privilégiés, comme les jardins du Luxembourg, des Tuileries et du Palais-Royal. C’est certainement l’un de ces cercles qui est ici représenté, dans un esprit proche de la scène de genre que le graveur Dunker composa en 1785 pour illustrer le chapitre CXLIX du Tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier, où était tourné en ridicule « un groupe de nouvellistes dissertant sur les intérêts politiques de l’Europe » et réunissant « sous les ombrages du Luxembourg » une « vieillesse oisive et imbécile ». Il est également possible que le tronc derrière le groupe soit celui de « l’arbre de Cracovie », un célèbre marronnier du Palais-Royal ainsi nommé pour se moquer des « craques » répandues par les gazettes qu’on lisait à son pied. ( J.-M. Ch.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu