Le Père Duchesne
page une
Jacques-René Hébert, novembre 1790.
in-8°
BnF, Philosophie, Histoire, Sciences de l’homme, 8-LC2-512
© Bibliothèque nationale de France
La Révolution française voit se multiplier les pamphlets destinés à mobiliser le public populaire, particulièrement à partir de 1790 quand s’intensifient les luttes politiques parisiennes. Nombre de ces textes polémiques se caractérisent par une forme discursive théâtrale, mettant en scène un personnage populaire imaginaire s’exprimant à la première personne dans une langue imagée. Parmi ceux-ci, le Père Duchesne de Jacques-René Hébert (1757-1794), lancé en septembre 1790 pour lutter contre La Fayette, est le plus célèbre. Plus de quatre cents numéros de huit pages paraissent jusqu’au 13 mars 1794. Chacun est un monologue centré sur un seul sujet, avec son titre propre, sans numéro ni date jusqu’au 1er janvier 1791. C’est à partir du 4 novembre 1790 que Hébert, pour se distinguer des Père Duchesne concurrents, fait figurer sur la page de titre une vignette où l’on voit son héros en uniforme de la garde nationale, la pipe à la bouche, avec en dessous la légende : « Je suis le véritable Père Duchesne, foutre. » Hébert est guillotiné le 24 mars 1794 avec ses amis du Club des cordeliers. (Y. F.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu