Notes sur l’expédition Nordenskjöld
carnet manuscrit
Gaston Leroux, janvier 1904.
environ 17,5 × 11 cm
BnF, Manuscrits, fonds Leroux, NAF 28093
© Bibliothèque nationale de France
Témoin de la professionnalisation du métier de journaliste, Gaston Leroux (1868-1927) fut chroniqueur judiciaire pour L’Écho de Paris et Le Matin puis feuilletoniste et grand reporter pour ce même journal. À l’instar de Rouletabille, son intrépide personnage, il est prêt à toutes les aventures pour décrocher un scoop. Lorsqu’il apprend le retour de l’expédition Nordenskjöld, il part ainsi à sa rencontre et termine le voyage en compagnie de l’équipage. Un télégraphe sans fil lui permet, du 2 au 22 janvier 1904, de transmettre au Matin les informations exclusives qu’il consigne dans son carnet. Comme ses collègues Claude Anet, ou, plus proche de nous, Georges Walter, Leroux incarne cette catégorie de journalistes aptes à trouver l’information où qu’elle se trouve et à la transmettre en portant un grand soin à la clarté et à l’énergie de leur style.

« Skottsberg 23 ans / Arrivée de l’Antarctic aux îles du / Danger. Enfermés par les glaces entre / les îles du Danger / Toute la masse / entraînant le navire des centaines / d’icebergs très dangereux très / hauts. 4 janvier 1903 aux îles du Danger / rencontrent alors une clairière / passent l’île Paulet grâce / à la clairière. Enfermés de nouveau / le même jour par les glaces au / soir. Enserrés dans la glace / passent pour être libres jusqu’au / 8. Enfermés de nouveau. / Le 9 janvier 1 vent du sud / commence à souffler, plus fort / le 10. La glace destructrice /poussait contre terre dans le / golfe Erebus et Terror. / Pression très violente contre le / bateau. »
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu