Les blessés écoutent le récit d’un rescapé de la bataille
Mathieu Corman.
tirage argentique original. 13 × 18 cm
BnF, Estampes et Photographie, fonds Ce soir, QB MAT-31 BOÎTE PET FOL
© Succession Mathieu Corman
La guerre d’Espagne marque un tournant dans l’histoire de la médiatisation des conflits : les deux camps reçoivent de nombreux volontaires internationaux, ainsi que des journalistes venus du monde entier, équipés d’appareils photographiques aisés à transporter sur les lieux de combat. Mathieu Corman (1901-1975) est à la fois volontaire et reporter : intellectuel belge situé dans la mouvance révolutionnaire, il rejoint dès le début du conflit la colonne Durruti à Barcelone. Parallèlement, il couvre le conflit pour le quotidien Ce soir et publie une série de reportages dans la revue antifasciste belge Le Rouge et le Noir. Il est l’un des trois premiers reporters à entrer dans Guernica après le bombardement. Sur ce cliché de républicains au repos à l’arrière du front, l’un des miliciens lit Regards, l’hebdomadaire d’information dont les reporters vedettes en Espagne ne sont autres que Chim, Capa et Gerda Taro.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu