Candide
n° 853, page une
dessin de Jean Effel, article de Jérôme Tharaud, 17 juillet 1940.
56 × 43 cm
BnF, Littérature et Art, GR FOL-Z-137
© Bibliothèque nationale de France
Tout en étant un hebdomadaire d’extrême droite aussi virulent que Je suis partout ou Gringoire dont il partage le corpus idéologique autoritariste, antimarxiste, antisémite et antimaçonnique, Candide, qui publie des auteurs de différents bords politiques, est un des titres littéraires et intellectuels les plus renommés de l’entre deux- guerres. Essais et nouvelles de grandes plumes y sont abondamment illustrés, en particulier par les caricatures de Sennep.
Le journal se radicalise après 1934. Partisan des accords de Munich en 1938, il salue l’accession de Pétain au pouvoir en 1940 et quitte Paris pour la zone sud. Même s’il reste à quelque distance de la collaboration avec l’occupant, Candide soutient la révolution nationale de Vichy et sera interdit à la Libération.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu