Inauguration de l’Exposition universelle de 1900
Le Matin
15 avril 1900.
BnF, philosophie, histoire, sciences de l'homme, GR FOL- LC2- 4105 (BIS)
© Bibliothèque nationale de France
Le 14 avril 1900, l’exposition universelle intitulée « le bilan d’un siècle » est inaugurée par les officiels, avant d’ouvrir ses portes au grand public. C’est Emile Loubet, Président de la République, qui prononce le discours d’ouverture repris le lendemain dans Le Matin.
Le ton général de la une est louangeur, et le récit de la visite de l’exposition vise à provoquer curiosité et admiration. Pourtant ce numéro s’ouvre sur un éditorial au ton nettement plus nuancé: « Quand on a l’honneur de parler au nom de la France, on ne doit jamais se donner le tort d’affirmer un fait inexact. Elle est le pays de la franchise et répugne à tromper ceux qui se fient à elle.
Eh bien ! Il faut avoir le courage de le dire : ce qu’on a inauguré hier, c’est une salle des Fêtes, une allée sablée, quelques façades plus ou moins achevées, un pont où il ne manque plus un boulon ; mais ce n’est pas l’Exposition universelle 1900. »
Ce texte aussi vif que mordant est né de la plume d’un jeune reporter, Gaston Leroux. Déjà connu pour avoir chroniqué le procès de l’anarchiste Auguste Vaillant pour le journal Paris, Gaston Leroux est engagé au Matin en 1900. Huit ans plus tard, son premier roman, Le Mystère de la chambre jaune, popularise le personnage d’un jeune reporter astucieux, Rouletabille.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu