Chroniques de Jérusalem
Un exemple de BD-reportage
Guy Delisle, novembre 2011.
Editions Delcourt, collection Shampoing
© Guy Delisle / Delcourt
D'autres espaces éditoriaux accueillent aujourd’hui enquêtes et reportages. C’est le cas des bookzines (ou magbooks, ou mooks), livres-magazines à la périodicité longue, au format hybride qui entremêle enquête, reportage, photoreportage, bande dessinée, et dont la diffusion, essentiellement en librairie, est elle-même atypique. Le succès de XXI, Usbek & Rica, Zmala et Six mois prouve la pertinence de tels objets aujourd’hui. Le BD-reportage est d’ailleurs l’une des formes dont les bookzines ont permis l’envol. Les dessinateurs qui se sont lancés dans le genre (Guy Delisle ou Chappatte pour n’évoquer que les francophones) agissent comme des reporters en immersion dans leur sujet. Ils revendiquent pour leur moyen d’expression une liberté de regard sur les événements qui n’a rien envier au photojournalisme : « La prétendue objectivité de l’appareil photo est une convention et un mensonge au même titre qu’écrire à la troisième personne au lieu de la première, précise le premier d’entre eux, Art Spiegelman. Faire du BD journalisme, c’est manifester ses partis pris et un sentiment d’urgence qui font accéder le lecteur à un autre niveau d’information. »
Chroniques de Jérusalem a reçu le Fauve d'or du meilleur album au 39e Festival international de la bande dessinée d'Angoulême en 2012.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu