La Presse à la Une

Louis-François Bertin

Le repreneur du Journal des débats
Schultz, 1832-1845.
lithographie d’après un tableau de Jean-Auguste-Dominique Ingres, 25,4 × 20,3 cm, imprimerie Lemercier,
BnF, Estampes et Photographie, N2 (Bertin )
© BnF
Journaliste et chroniqueur politique, Louis-François Bertin, dit Bertin l’Aîné (1766-1841), achète en 1799 avec son frère Pierre-Louis-François, dit Bertin de Veaux (1771-1842), le Journal des débats, créé en 1789 par Gaultier de Biauzat (1739-1815) afin de recueillir les procès-verbaux des débats de l’Assemblée nationale. Sous la direction habile de Bertin l’Aîné, le journal, conçu comme un organe littéraire de grande influence, attire des signatures prestigieuses : François-René de Chateaubriand, Charles Nodier, Conrad Malte-Brun ou Joseph Fiévée. D’inspiration conservatrice, le Journal des débats s’oppose à l’Empire, qui emprisonne Bertin l’Aîné et l’exile jusqu’en 1805 puis le ruine en confisquant le journal par décret impérial en 1811. Trois ans plus tard, rentrant en possession de son journal à l’avènement de Louis XVIII, Bertin l’Aîné soutient la Restauration mais s’oppose au régime autoritaire et impopulaire de Charles X. Il se rallie ensuite à Louis-Philippe pour lequel il milite énergiquement. Ses deux fils, dont le peintre François-Édouard Bertin, prendront successivement la direction du journal après sa mort.