La Presse à la Une

Le Gaulois

n° 1, page une
5 juillet 1868.
63 × 46 cm
BnF, Droit, Économie, Politique, GR FOL-LC2-3139
© BnF
Lancé quelques semaines après La Lanterne de Rochefort par Edmond Tarbé des Sablons et Henri de Pène, Le Gaulois est un « journal des informations du matin et moniteur de l’ancien esprit français », un « journal de convictions, de souvenirs et d’espérances » (E. Tarbé). Antirépublicain, il sera repris en 1882 par le monarchiste Arthur Meyer et deviendra un journal mondain influent parmi la noblesse et la haute bourgeoisie, proche par certains aspects du Figaro dont il débauche à l’occasion les rédacteurs sans parvenir ni à la vivacité ni à l’audience de son concurrent. Boulangiste et antidreyfusard, le titre voit son influence s’amoindrir, malgré quelques nouveautés comme une chronique sur le cinéma inaugurée en 1916. Il disparaît en 1929, un an après son rachat par François Coty, propriétaire du Figaro.