Ces unes qui ont fait l\'histoire

Vote de la loi de séparation des Églises et de l’État

L’Aurore
4 juillet 1905.
BnF, droit, économie, politique, GR FOL- LC2- 5691
© BnF
Votée le 3 juillet 1905 après des débats houleux, condamnée par le Vatican, la loi de séparation des Églises et de l’État divise la France, et bien sûr la presse. Le quotidien L’Aurore, organe républicain de tendance socialiste animé par Clemenceau jusqu’en1906, se positionne en faveur de la loi. Le journal fait revivre les débats qui viennent de se tenir à la Chambre, et met en avant l’une des figures phares de cette IIIe République en route vers la laïcité : l’instituteur, que Charles Péguy surnommera quelques années plus tard « le hussard noir de la République ».
L’article s’ouvre ainsi sur la vaine tentative d’un député opposé à la loi pour mettre sur le même plan « curés et instituteurs » : « Il faut être indulgent aux curés, disait-il, puisqu’on passe tout aux instituteurs. Les réactionnaires en effet cherchent toujours à accréditer l’opinion que non seulement la liberté absolue d’opinion est garantie aux instituteurs mais même que les excès de langage leur sont permis. »