La caricature et la censure

« Les Censeurs » (Parisiens pittoresques)

Le Charivari, n°112
Grandville (1803-1847), 8 novembre 1835.
BnF, estampes et photographie, TF-110 (12)-PET FOL
© BnF
Après 1830, Le Charivari se reconvertit dans la satire sociale. Tandis que Daumier y initie une longue série de caricatures de mœurs, Granville publie sa série de « parisiens pittoresques », sans oublier d’y faire figurer une profession en plein essor : « Ah, c’est trop fort ! nous mettre en caricature, nous, Censeurs ! Une leçon à ces artistes, coupons ! »