« L’abominable vénalité de la presse française »