Rembrandt à la bouche ouverte
Signé et daté en haut à gauche RHL 1630
Eau-forte. 81 x 72 mm
Trois états
1er état
Les bords de la planche sont irréguliers et raboteux. Au 2e état, la planche sera réduite, ne mesurant plus que 73 x 62 mm. Une partie du monogramme disparaîtra. Au 3e état, les bords seront polis et la rayure en diagonale dans l'angle supérieur droit effacée au brunissoir.
Épreuve avec un léger effet d'encrage
BNF, Estampes, Rés. Cb-13a
Dans ce portrait et dans celui intitulé Rembrandt aux yeux hagards, l'artiste aborde l'étude de têtes d'expression. Il déforme volontiers ses traits et poursuit une série d'expériences, utiles pour les thèmes qu'il traitera dans des scènes mythologiques ou religieuses.
Ce visage sous l'emprise d'une vive émotion est déformé par des rides de contrariété, par la bouche ouverte, grimaçante, peut-être pour crier de colère, de souffrance ou d'horreur. L'oil droit du portraituré n'est plus qu'un point noir. Le visage de Rembrandt est moins reconnaissable ici, mais il apparaît comme tout visage sous l'effet d'un choc psychologique ou physique. La tête est légèrement rentrée dans les épaules, attitude instinctive pour se protéger d'une menace. La mise en page et les artifices dont il use sont très proches des autoportraits précédents : ombre portée sur le fond neutre, éclairage sur une moitié du visage, costume sobrement esquissé.
La même année, Rembrandt grava le Gueux assis sur une motte de terre, inspiré sans doute de cette eau-forte. Pour rendre encore plus pathétique le visage du gueux, l'artiste lui fit un front beaucoup plus bas en rabattant les cheveux sur la tête par une coiffe. Le visage du Christ sur la Croix, qui sera une peinture de l'année suivante, n'est pas sans rappeler ces visages.
G. L.
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander