"Piedra gloriosa o de la estatua de Nebuchadnesar"
Quatre illustrations pour un livre espagnol
Signé et daté à partir du 2e état Rembrandt f 1655
Eau-forte, burin et pointe sèche
Épreuve de la planche entière sur papier japon, avec un effet d'encrage
243 x 162 mm à la feuille
BNF, Estampes, Rés. Cb-13a

La Statue de Nabuchodonosor
3e état
Les jambes de la statue qui étaient brisées de part et d’autre des genoux sont droites et brisées aux chevilles seulement.
La pierre et le globe de Jacob sont gravés à droite. Un arc cintré est ajouté au-dessus de la tête de Nabuchodonosor.

L’Échelle de Jacob
2e état
Les montants de l’échelle ont été dégagés au brunissoir.

David et Goliath
2e état
Le contour de la colline à droite est continu.

La Vision de Daniel
2e état
Les deux lignes obliques dans l’angle supérieur gauche atteignent le trait carré.

La Piedra gloriosa est le seul livre illustré par Rembrandt. Il a réalisé quatre estampes pour cet ouvrage de Samuel Manasseh ben Israel, Piedra gloriosa o de la estatua de Nebuchadnesar, con muchas y diversas authoridades de la S. S. y antiguos sabios. Elles ont été gravées sur une même plaque qui a été découpée en quatre morceaux presque aussitôt après avoir été terminée. L'artiste a imprimé quelques rares épreuves de la planche entière, qui pour la plupart ont ensuite été découpées. Le rabbin Manasseh ben Israël (1604-1657), écrivain et ami de Rembrandt, avait été portraituré par lui en 1636. Il évoque dans son livre l'interprétation du songe de Nabuchodonosor, roi de Babylone de 625 à 602 avant J.-C., par le prophète Daniel exilé à Babylone et admis à la cour. Le règne de ce roi avait marqué l'apogée de l'empire néo-babylonien.

La représentation de la statue de Nabuchodonosor fait allusion au colosse aux pieds d'argile. Daniel la commente ainsi : "ิ, Roi, tu as eu une vision [.]. C'était une statue dont la tête était d'or fin, la poitrine et les bras d'argent ; les reins et les cuisses de bronze ; les jambes de fer ; les pieds, en partie de fer et en partie d'argile. Tu regardais, lorsqu'une pierre se détacha sans l'aide d'aucune main, frappa les pieds de la statue, qui étaient en fer et en argile, et les pulvérisa. Alors furent pulvérisés ensemble le fer, l'argile, le bronze, l'argent et l'or [.]. C'est toi qui es la tête en or. Après toi s'élèvera un autre royaume, inférieur au tien ; puis encore un autre royaume, qui sera de bronze et dominera sur toute la terre. Un quatrième royaume sera dur comme le fer [.] il les pulvérisera et les écrasera tous. Et ce que tu as vu : les pieds et les orteils en partie d'argile de potier et en partie de fer, ce sera un royaume divisé. [.] une partie sera forte et une partie faible [.]. Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit. [.] de même tu as vu qu'une pierre s'est détachée de la montagne sans l'aide d'aucune main et a pulvérisé le fer, le bronze, l'argile, l'argent et l'or. Le grand Dieu a fait connaître au roi ce qui arrivera après cela."
(Daniel, II, 31-46.)

Manasseh commente ainsi ces prophéties : "Il n'est pas controversé que la statue de Nabuchodonosor est le symbole des quatre plus grandes monarchies [.] : les Babyloniens, les Perses, les Grecs et les Romains [c'est-à-dire, un royaume d'or, d'argent, de bronze, de fer]. Cette pierre, c'est le Messie, et elle sortira d'une grande montagne sans être lancée par une main d'homme [.]. Et de même aussi le Messie détruira toutes les autres monarchies avec leur empire temporel et terrestre [.] ainsi le Messie et le peuple d'Israël, renfermés dans cette dernière monarchie, seront les maîtres temporels, terrestres et éternels de l'univers, selon l'infaillible interprétation de Daniel." Le Livre de Daniel a fait l'objet d'un travail considérable d'interprétation par les théologiens.
Deux autres illustrations ont d'autres sources bibliques. L'Échelle de Jacob illustre les degrés des vertus à franchir ; elle apparaît dans l'histoire de Jacob. Celui-ci, fuyant la colère de son frère, gagne la Mésopotamie. En chemin, "il prit une des pierres du lieu, la mit sous sa tête et dormit en ce lieu. Il fit un songe : voici qu'était dressée sur terre une échelle dont le sommet touchait le ciel ; des anges de Dieu y montaient et y descendaient ! Voilà que Yahvé se tenait devant lui [.]" (Genèse, XXVIII, 10-13.)
L'épisode de David et Goliath est quant à lui très connu. David sort vainqueur de la lutte contre le Philistin, un géant, en lui lançant une pierre, armé de sa seule fronde. David a été interprété comme la préfiguration du Messie et sa victoire comparée à celle du Christ sur Satan (I Samuel, XVII, 31-52). Enfin, la dernière illustration figure La Vision de Daniel. Le prophète voit sortir de la mer "quatre bêtes monstrueuses", un lion, un ours, un griffon et une hydre à dix cornes (Daniel, VII, 1-8), images des quatre empires qui précéderont la venue du Royaume des saints. Daniel est lui aussi considéré comme une préfiguration du Messie. Les trois pierres évoquées successivement seraient une seule et même pierre qui symboliserait le Messie.
G. L.
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander