La Présentation au Temple dite en manière noire
Vers 1654
Eau-forte, pointe sèche et burin. 210 x 162 mm
État unique
Épreuve très contrastée
BNF, Estampes, Rés. Cb-13a
La présentation de l'Enfant au Seigneur, prescrite par la Loi de Moïse, a lieu dans le Temple. Rembrandt consacra trois estampes très différentes à ce thème. Celle-ci, la dernière, est la plus fascinante par son étrangeté. Seuls les personnages essentiels sont réunis cette fois dans l'édifice plongé dans l'obscurité, évoqué par des voûtes et des piliers. La clarté qui passe à travers les rideaux entrouverts d'une fenêtre tout au fond donne une certaine profondeur à l'ensemble. L'atmosphère sereine ou biblique des scènes précédentes a fait place au mystère. Ouvre visionnaire et surréaliste, animée par de violents contrastes d'ombre profonde et de lumière éblouissante, cette composition pyramidale est centrée sur une figure fantastique, le gardien du Temple. Celui-ci, revêtu de précieuses étoffes scintillantes dans l'obscurité, portant une haute coiffe, brandit en étalant sa cape une crosse orfévrée, flamboyante.
Au premier plan, le grand prêtre au manteau de brocard et d'orfroi rutilant est assis sur une estrade ; agenouillé devant lui le vieillard Siméon, "un homme juste et pieux", le visage aux yeux clos illuminé par une vive clarté et auréolé, tient Jésus, lui aussi auréolé, dans ses bras. Il a reçu la révélation de l'esprit saint : le sauveur qu'il attendait et qu'il verrait avant son trépas est cet enfant. L'espérance dans sa venue l'a maintenu en vie jusque-là. "Maintenant, Seigneur, tu laisses aller ton serviteur en paix." (Luc, II, 22-38.) Joseph et Marie sont agenouillés à droite, dans la pénombre. Anna, prophétesse au grand âge, qui servait Dieu en jeûnes et en prières nuit et jour dans le Temple, vient d'avoir aussi une révélation. Elle se distingue à peine, effleurée par des lueurs surgies entre les tailles, à l'extrême droite.
Plutôt que de se plier à l'iconographie habituelle et de figurer un autel, ou le sacrifice d'Abraham, ou encore un linge blanc préfigurant le linceul, Rembrandt a choisi le style baroque, l'emphase, l'éclairage artificiel, pour évoquer par le surnaturel la Nouvelle Alliance de Dieu avec son peuple, qui sera scellée par le sacrifice du Christ sur la croix.
G. L.
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander