Le Moulin
1641
Eau-forte, pointe sèche et morsure à la fleur de soufre. 145 x 208 mm
État unique
Le réseau de lignes ténues au centre provient d'un craquement de la couche de vernis lors de la morsure du cuivre. Le léger grain à droite et à gauche du moulin provient de l'utilisation de la fleur de soufre mêlée à de l'huile. Cette préparation a un effet corrosif sur le cuivre et crée de petits creux superficiels qui donnent à l'impression de légères valeurs de gris. Celles-ci varient en intensité suivant le tirage et l'essuyage. Ce grain s'estompe au fur et à mesure des tirages.
BNF, Estampes, Rés. Cb-13a
Le moulin impose sa silhouette en plan rapproché, dans l'angle gauche de la feuille, sous un angle de vue inhabituel, du coté opposé aux ailes. Une ferme tout aussi impressionnante lui succède. La mise en page surprend par la disproportion entre les deux bâtiments importants et la plaine. Ce déséquilibre délibéré est encore accentué par la précision technique remarquable des constructions et par l'exactitude des différents éléments qui les composent alors que le paysage à droite est à peine esquissé. Pour unifier la composition, Rembrandt a fait mordre plus profondément la partie médiane de la plaine qui prolonge la ferme. Il a également suggéré le souffle du vent par le léger grain et les effets de lavis dans le ciel et, pour animer l'espace, lui donner de la profondeur, il a réalisé au brunissoir une trouée de lumière près de la ferme. Il est probable qu'il a travaillé sur le motif pour exécuter cette œuvre fondée en partie sur l'observation. Et cependant, si les détails abondent, ils se fondent dans l'ensemble, tant la largesse de l'exécution prédomine.
Depuis le XVIIIe siècle, des tentatives d'identification du moulin se poursuivent ; mais le lieu reste incertain. En 1751, Gersaint écrit : "Un autre paysage, appelé en Hollande le Moulin de Rembrandt ; on lui a donné ce nom parce qu'on prétend que c'est dans ce Moulin que Rembrandt est né, étant fils d'un Meûnier [.]. On voit auprès de ce Moulin, une maison basse, de forme quarrée, et couverte de tuiles flamandes. Ce doit être là proprement le lieu de la naissance de Rembrandt." Lugt y voyait un moulin situé sur un des bastions des fortifications d'Amsterdam. Quant à J.-G. Van Gelder, il se fia à une inscription portée sur une épreuve conservée à la Rembrandthuis, "den wyntmolen van den pester van Ossen-bruggen", et identifia le moulin comme étant celui du grand-père maternel de Rembrandt, à Ossenbrugge, dans les environs de Leyde.
G. L.
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander