Vue de l'Omval
Signé et daté en bas à droite Rembrandt 1645
Eau-forte, pointe sèche et morsure à la fleur de soufre. 186 x 226 mm
Deux états
2e état
Le bord droit du chapeau du personnage de dos à droite a été réduit par un travail au brunissoir.
BNF, Estampes, Rés. Cb-13a
Rembrandt grava un paysage qu'il contemplait lors de ses promenades, l'Omval, une langue de terre située entre une rivière, l'Amstel, et le Diemermeer. Toujours animé par ses recherches d'atmosphère, il a opposé deux espaces, l'un baigné d'ombre, l'autre de lumière. Le parallélisme des trois plans – les arbres et la berge, l'eau, la ville au loin – et l'immobilité de l'homme vu de dos réduisent le dynamisme de la composition et contribuent à exprimer la sérénité du moment.
Les techniques et l'horizontalité de la partie droite accentuent cet effet. L'artiste s'est servi de la pointe sèche, plus abondamment que dans Les Trois Arbres, en ajoutant quelques points d'ombre dans la partie gauche sur des motifs gravés à l'eau-forte : les buissons à gauche, le tronc du vieux saule, le feuillage de l'arbre. Pour le reste de la composition, il a privilégié une pointe sèche légère sans y mêler l'eau-forte. Il juxtapose ainsi les techniques plus qu'il ne les mêle comme il le fera dans les années 1650, et la vision s'en satisfait. Le grain dû à la fleur de soufre dans le ciel donne une certaine profondeur à l'espace et plus d'unité au paysage. Sous les arbres à gauche un couple est assis. Le jeune homme couronne de fleurs sa compagne. Cette idylle évoque la poésie pastorale hollandaise et concourt à l'impression d'harmonie qui émane de ce paysage.
G. L.
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander