Thomas Haaringh l'Ancien
1656
Pointe sèche et burin. 195 x 150 mm
Deux états
2e état
Seul un exemplaire du 1er état est conservé à la Graphische Sammlung Albertina de Vienne, considéré comme une épreuve de travail. Au 2e état, le rideau plus long et plus large recouvre une partie du cadre de la fenêtre. Deux franges d'ombre verticales ont été gravées au centre et à droite de la fenêtre, derrière la grille. L'expression du visage a été modifiée.
Épreuve sur papier japon.
BNF, Estampes, Rés., Cb 13a
Thomas Jacobsz Haaringh (1586 / 1587 - ca 1660), dit "l'Ancien", pour le distinguer de son cousin Pieter Haaringh, "le Jeune", occupait de très hautes fonctions au conseil municipal d'Amsterdam. Étant également chargé des adjudications forcées de la Ville, il dut traiter celles des biens de Rembrandt, qui eurent lieu entre 1656 et 1658.
De par sa disposition et sa réalisation, ce portrait ressemble beaucoup à celui de Pieter. Il est même probable qu'ils sont tous deux représentés dans la même pièce, la seule différence étant leur position par rapport à la fenêtre. Alors que dans le portrait de Haaringh le Jeune la lumière vient de la droite, éclairant une partie du visage et le col blanc de la chemise, Haaringh l'Ancien est assis dos à la fenêtre, mais une autre source de lumière, venant d'en haut à droite, l'éclaire de face. La composition rappelle celle du portrait de Clément de Jonghe, bien que le vieil homme tourne légèrement la tête, et ce qui dans le premier cas était clarté et ligne devient ici obscurité et nuance. Avec la texture veloutée des tissus qu'obtient Rembrandt au moyen de la pointe sèche, il donne forme et volume à la silhouette et au vêtement.
Le papier japon doré de l'épreuve de la Bibliothèque nationale de France donne à l'estampe une qualité veloutée, une teinte chaude qui devient somptueuse dans les étoffes, surtout celle du manteau qu'il croise sur ses jambes et dont les plis se devinent plutôt qu'ils ne se voient. Celui-ci, conjointement avec le rideau de velours sur la gauche, contraste avec l'austérité de la grille et du mur écaillé sur le bord de la fenêtre. Il est possible que la pièce où posèrent les Haaringh ait été l'atelier ou la demeure de Rembrandt. On notera que le fauteuil dans lequel est assis l'Ancien, et dont les bras se terminent par des têtes de lion, est le même que celui du portrait de Jan Lutma.
Il n'est conservé qu'une épreuve unique du 1er état, à l'Albertina de Vienne, grâce à laquelle on peut constater le discernement avec lequel Rembrandt modifiait les planches pour les améliorer. Un élément fondamental de la composition est la fenêtre qui occupe le centre de la partie supérieure de l'estampe. Dans le 1er état, l'entrecroisement régulier des barreaux de la grille la rendait très monotone, aussi, au 2e état, le maître introduisit-il ce que White appela des "piliers d'ombre" : deux franges verticales au centre et à droite qui, ajoutées au halo d'ombre entourant la tête de Haaringh, permettent à la grille de mieux ressortir. Il a également agrandi la taille du rideau pour qu'il recouvre une partie de la fenêtre et rompe, par sa forme légèrement oblique, la verticalité des barreaux. L'artiste a apporté quelques retouches à la pointe sèche pour parfaire le modelé des draperies, et transformé totalement l'expression du visage du modèle en modifiant le regard : de fixe et comme apeuré, il est devenu serein.
E. S. P.
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander