François Clouet : portraits de la cour de France
Le goût pour le portrait individuel s’est manifesté dès le milieu du XIVe siècle en Europe. Le dessin aux crayons, spécificité française, est très apprécié par la cour. L’innovateur de cette formule, fut Jean Clouet venu de Bruxelles, bientôt supplanté par son fils François, comme peintre de François Ier . La composition de ces dessins , attribués à Clouet, de la plus grande simplicité est d’un modernisme étonnant : un visage de face ou de trois quarts, où l’expression est privilégiée, est encadré par quelques éléments décoratifs, une coiffe (toque ornée de plumes ou voile) ou une coiffure très élaborée, agrémentée de joyaux, et une collerette souvent de dentelle (fraise courte ou col) ; un début de buste à peine esquissé, quelques traits pour évoquer un vêtement, un bijou, complètent le portrait. La présence altière et réservée des personnages s’impose, et fascine le spectateur.