Antoine Caron. Beauvais, vers 1521-Paris, 1599
L'Histoire de la reine Artémise : L'Equitation
De 1563 à 1570 environ
Plume et encre brune, lavis avec rehauts de blanc sur pierre noire. 440 x 550 mm.
Chapitre III du IIe livre du manuscrit. Dessin 28.
Paris, BNF, Estampes, Rés. Ad 105, fol. 31

Neuf dessins sont consacrés à l'éducation corporelle du jeune roi Charles IX : L'équitation, L'Escrime, La Prise d'un fort, Les Manœuvres d'armée, Les Manœuvres navales, La Natation, La Barre, la lutte et le saut, La Chasse au cerf, La Chasse au sanglier.
Les scènes illustrées ne sont pas décrites dans le manuscrit, qui fait brièvement allusion à ces diverses activités, ainsi en est-il pour celle-ci : "[...] gens de guerre l'instruisirent à picquer les chevaux et à les bien choisir [...]."
Le sonnet est plus explicite :
"Premier, on luy monstra en toutes occurrences
Comme on peult adextrir, et conduire, et manier
Les plus facheux chevaux [...]
On luy monstra comment a courbette, et a bond,
En carrière, en galop, en petit pas, en rond,
On les doibt gouverner [...]."
La composition s'organise sur deux plans. Au premier plan, Artémise, debout de dos, assiste aux exercices de son fils Lygdamis sur une place délimitée à droite, par une statue d'Hercule tenant ses attributs, la massue et la peau de lion, et à gauche, par la Colonne de Platée, colonne hellénistique torsadée, formée de trois serpents enroulés dont les têtes dressées constituent le chapiteau. Celle-ci existe toujours sur l'ancien hippodrome de Constantinople, mais elle est tronquée à la hauteur de trois mètres. Au second plan, dans une arène, à peu près semblable au Colisée qui figure dans les Massacres du Triumvirat, se déroule un combat à pied.
Le jeune roi, sous la conduite de son maître d'équitation, évolue ; il tient les rênes de la main gauche et une épée de la droite, tout en accomplissant une pesade, c'est-à-dire une manœuvre qui fait se lever le cheval sur ses pattes arrière, à l'imitation de celui du maître d'équitation. On retrouve la même posture dans La Chasse au cerf.
Au fond à gauche, derrière un cavalier qui se livre au jeu de la quintaine, se distingue les deux colonnes jumelées de la Piété et de la Justice, emblèmes de Charles IX.