patience...
 


Affiches du comité central de la Garde nationale et de la Commune de Paris

"N 389 [...] Soldats de l'armée de Versailles [...] 3 prairial an 79 [22 mai 1871"
    
Paris, Imprimerie nationale, avril-mai 1871. 1 des 7 affiches grand in-folio    

   
Paris, BNF, Réserve des livres rares, Rés. G. Fol. Lb57.1580
En plus de son Journal officiel, les autorités de la Commune de Paris diffusèrent presque quotidiennement plusieurs affiches, à la fois pour tenir la population informée des événements, mais aussi pour lui faire part de ses décisions, qui, malgré l'urgence et les dissensions internes, devaient favoriser un projet politique. C'est ainsi qu'au milieu d'actes de pure administration et de proclamations d'ordre militaire, il est fait état, par exemple, de la création d'une commission de travail et d'échange devant assurer le plein-emploi par la mise en balance des offres respectives des travailleurs et des entrepreneurs (n 52). De telles tentatives n'étaient que l'application de mots d'ordre plus généraux : "Marchons unis vers le progrès", proclame une affiche du 5 avril (217, placard n 67), tandis qu'une autre, du 19, annonce "la fin du vieux monde gouvernemental et clérical" (221, placard n 170). Les idées directrices que l'on peut voir à l'uvre ici sont celles qui sont au cur de bien des utopies sociales : c'est l'égalitarisme qui se concrétise dans l'injonction faite aux officiers par Cluseret, alors délégué à la Guerre, de se défaire des "distinctions oiseuses" ; c'est un "délire réglementaire" - l'expression est de Madeleine Rebérioux, à propos d'un Projet de code socialiste extrêmement détaillé - qui conduit à édicter les dimensions précises des barricades (220, placard n 129); c'est la solidarité qui est invoquée dans l'appel que lance Pascal Grousset aux grandes villes de province (222, placard n 323); c'est enfin à la fraternité que fait référence le pathétique appel aux soldats versaillais du 22 mai, daté du "3 prairial an 79" en un significatif retour aux origines révolutionnaires (233, placard n 389).