Le voyage en Orient : un "Grand Tour" initiatique
par CÚcile Cayol
 
 
Le voyage en Orient cristallise une rêverie liée à la fois à l'esprit de conquête propre au XIXe siècle et à la nostalgie que suscite la découverte des civilisations antiques. Il suit un itinéraire précis tracé par Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, qui traverse l'Égypte, la Palestine, la Syrie, le Liban et se termine en Turquie.

Cependant, au fil du siècle, le voyage en Orient, appelé également le "Grand Tour" (à l'origine du mot tourisme), va évoluer : exploration archéologique et scientifique autant que rite initiatique pour les artistes, il va devenir aussi voyage d'agrément pour Européens avides d'émotions fortes. Sous l'influence du tourisme, le visage de l'Orient se métamorphose, annonçant la fin du rêve.