>> Accès à l'audiovisuel   (994 Kb)

En écrivant Au Bonheur des dames, onzième roman du cycle des Rougon-Macquart, Zola veut "faire le poème de l'activité moderne". Il le déclare dès les premières lignes de son ébauche.

Ce roman sur le "haut commerce", il l'a en tête depuis l'élaboration de son projet sur l'"Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le second Empire".

Comme pour chacun de ses romans, Zola va commencer par réunir une importante documentation.

Mais tout d'abord, il jette sur le papier une "ébauche", premier récit en style télégraphique, semé de réflexions et d'hypothèses sur la façon dont il conduira sa narration.

L'ébauche se termine par la notation des phases successives du roman et par une liste succincte de personnages.

Enfin, un plan d'ensemble, où l'action de chacun des quatorze chapitres est résumée en quelques lignes, fait apparaître la structure du roman.

Les nombreuses additions entre les lignes sont portées par Zola dans un deuxième ou troisième temps, au fur et à mesure qu'il avance dans son enquête sur le terrain.

L'écrivain va ensuite rédiger un premier plan détaillé, véritable scénario de chaque chapitre. Il le modifie et le complète des informations recueillies, aboutissant à un deuxième plan détaillé qui précède immédiatement l'écriture du récit.
On peut noter que le prénom de "Denise", qui sera finalement celui de l'héroïne (et non "Louise"), n'est adopté qu'au stade de ce deuxième plan.

Entre le premier et le deuxième plans détaillés, Zola regroupe l'ensemble des chapitres dans un plan général, indiquant des dates repères précises : l'action du Bonheur des dames se déroule entre l'arrivée de Louise à Paris (octobre 1864) et son consentement au mariage avec Octave (février 1869).

On peut voir que la construction du roman s'appuie sur trois chapitres piliers également répartis, correspondant aux "trois états" du magasin et à trois étapes dans son agrandissement :
- ch. IV, mise en vente des nouveautés d'hiver (octobre 1864) ;
- ch. IX, les nouveautés d'été (février 1867) ;
- ch. XIV, le blanc et l'ouverture sur la rue du Dix-Décembre (février 1869).