Encyclopédie des arts du cirque

Arts du cirque

Mrs Th. et J. Loyal, acrobates de cirque au trapèze volant

Lithographie de J. M. Thoumsin de Verviers, Belgique, vers 1860
BnF, département des Arts du spectacle, FOL-ICO CIR
© Bibliothèque nationale de France
En parlant des Merveilles gymnastiques des frères Loyal, les chroniqueurs du temps évoquent Théodore et Alexandre, qu’on appelle Picote, mais le « J » de l’affiche désigne peut-être Arsène Joseph, deuxième frère de Théodore. Les frères Loyal suivent très vite les traces de Jules Léotard, tant par la façon de voltiger de bâton à bâton que par l’emploi du plancher volant, pas encore remplacé par le filet. Ils tentent de se distinguer par leur Terrible Saut périlleux aérien à une hauteur de 17 mètres et développé sur une longueur de 20 mètres. Ils représentent la troisième génération de la fameuse dynastie d’écuyers et maîtres de manège fondée par « Blondin » Loyal. Ce dernier, né Anselme Pierre Loyal (1753-1826), fut d’abord sellier-bourrelier chez Antonio Franconi à Lyon, puis équilibriste sur échelles, avant de créer son propre cirque équestre.