Auguste et Maximus-minimus, présentation de chevaux dressés
Gugusse et l’homme-coq
Affiche pour l’Hippodrome
Imprimerie Champenois (Paris), 1905.
Lithographie en couleur, 117 x 86 cm
BnF, département des Estampes et de la photographie, ENT DN-1 (CHAMPENOIS/1)-ROUL
© Bibliothèque nationale de France
Aux premiers augustes, Paris donne le nom de Monsieur Auguste. En tête de ceux qui se succèdent en France figure l’August qui a créé le nom et l’emploi, le 3 novembre 1874 sur la piste d’Ernst Renz : Tom Belling (1843-1900). Le comique britannique fait une saison au Cirque d’Eté et au Cirque d’Hiver en 1877, accompagné selon le chroniqueur du temps Jules Barbey d’Aurevilly, de Oceana Renz, Chadwick, John O’Brien et Anna Fillis, tous venus du cirque Ernst Renz.
Mais celui qui a le plus marqué l’histoire des augustes à Paris, défrayant la chronique pour son indépendance et une grande agilité jointe à beaucoup d’audace, est sans doute l’Anglais James Guyon. Arrivé à Paris au Cirque d’Été en 1880, signalé tout au long de sa carrière à l’Hippodrome de l’Alma, dès 1881 puis au cirque Medrano, il répond au nom que le public de Montmartre lui a donné pour sa maladresse si bien feinte : Gugusse.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu