Encyclopédie des arts du cirque

Arts du cirque

L’équilibriste japonais O’Torra

Grande Fête des Buttes-Chaumont, juin 1886
BnF, département des Arts du spectacle, AFF-17859
© Bibliothèque nationale de France
Présenté comme l’émule de Little All-Right – le jeune prodige, équilibriste et funambule Hamaikari Umekichi – O’Torra est pourtant apparu dans les programmes de cirque à peu près à la même époque, dans la troupe du Grand-Dragon.
Avec l’ouverture du Japon à l’Occident à la fin de l’ère de Edo (1600-1867), de nombreuses troupes japonaises composées d’acrobates, de lanceurs de toupies, d’équilibristes et même de magiciens, tournent en Europe et en Amérique.
Pendant l’Exposition universelle de Paris de 1867, le Cirque Napoléon avait affiché complet pendant toute la période où il présentait la Troupe Impériale du Taikun et les prouesses du jeune Little All-Right, qui n’avait pas plus de 12 ans, avaient largement concouru au succès. En été 1869, il invite la troupe du Grand-Dragon, moins importante, où figure le jeune Torra dans ses « souplesses » (contorsion) et ses « pyramides » (sans doute des équilibres en élévation).
Comme Little All-Right, Torra, rebaptisé O’Torra, continue son parcours en soliste et comme lui devient funambule et ascensionniste ainsi que le montre l’affiche du mois de juin 1886. En août de la même année, il se produit aux Folies-Bergère, salué par la critique. Ainsi Le Gaulois évoque avec chaleur « Les exercices vertigineux de O’Torra, un Japonais invraisemblable de hardiesse et de vigueur ».
Enfin, selon un périodique dédié au sport publié en septembre 1890 dans la région Aquitaine, Torra effectue sa performance à l’Hippodrome de Bordeaux dans un programme réuni par l’entrepreneur de cirque algérien M. Nava. Il y côtoie notamment Félix Chiarini et la compagnie d’acrobates équestres émérites des Briatore.
 
Sources :
- Le Figaro du 11 juillet 1869.
- L’Orchestre de juillet 1869.
- Le Gaulois du 9 août 1886.
- Le Véloce-sport du 11 septembre 1890.